CRHI
Centre de Recherches en Histoire des Idées


http://www.crhi-unice.fr

Université Nice Sophia Antipolis
UFR LASH
98, boulevard Édouard Herriot

BP 3209
 - 06204 Nice Cedex
04 93 37 55 25
Laurence.FULCONIS-LOTH[at]unice.fr
 
 

 

Si vous souhaitez recevoir les informations relatives aux activités du CRHI et de ses membres, nous vous invitons à vous inscrire sur notre liste de diffusion en envoyant un message à l'adresse :
Laurence.FULCONIS-LOTH[at]unice.fr

 

30 mars 2017 - Soutenance de thèse de J.-P. Sumey

Jean-Paul Sumey soutiendra le jeudi 30 mars 2017 à partir de 13h en salle des conseils de l'UFR LASH (98 bd Edouard Herriot 06000 Nice) sa thèse de doctorat en philosophie, préparée dans le cadre du CRHI (Université Côte d'Azur) et intitulée : "La politique de la liberté selon Hannah Arendt et la démocratie à vocation giaminisante".


Jean-Paul Sumey soutiendra le jeudi 30 mars 2017 à partir de 13h en salle des conseils de l'UFR LASH (98 bd Edouard Herriot 06000 Nice) sa thèse de doctorat en philosophie, préparée dans le cadre du CRHI (Université Côte d'Azur) et intitulée : "La politique de la liberté selon Hannah Arendt et la démocratie à vocation giaminisante".

 

Jury :
Philippe Audegean, Professeur de philosophie, Université de Nice
Magali Bessone, Professeure de philosophie, Université de Rennes
Laure Ortiz, Professeure de droit public, Institut d'Etudes Politiques de Toulouse
Pierre-Yves Quiviger, Professeur de philosophie, Université de Nice, directeur de la thèse
Étienne Tassin, Professeur de philosophie, Université Paris VII

 

Résumé :

Cet essai a pour objectif de s'interroger sur l'approche philosophique de la liberté développée au travers des travaux d'Hannah Arendt. Selon cette auteure, la liberté est la raison d’être du politique. L’analyse arendtienne dénonce, à la fois l’aveuglement traditionnel de la philosophie à l’égard de la liberté et les impasses des sciences politiques et juridiques modernes dans leur tentative de définir la liberté comme souveraineté. En saisissant la condition humaine par la parole et l'action qui mettent en rapport les hommes, Hannah Arendt découvre l’espace public de la pluralité agissante, exigence d’une compréhension du sens politique et de la convivance. Cette analyse des conditions du pouvoir nous a amené à mettre en évidence les failles du pouvoir politique en Afrique, les contradictions entre l'esprit fondateur des révolutions et la démesure de l'action politique des dirigeants africains. En bafouant le statut du citoyen en tant qu'acteur politique majeur, les dirigeants africains trahissent le fondement même de tout pouvoir démocratique. Dans l'espoir de restituer au citoyen africain son pouvoir d'acteur politique majeur, nous proposons une nouvelle approche démocratique que nous nommons giaminisante. Cette théorie recherche et établit les conditions et stratégies d’une démocratie à pouvoir fort, capable de rendre effective la prééminence du citoyen comme acteur politique, avant de le qualifier comme sujet de droits. Notre propos n'est donc pas de réitérer un système politique coutumier révolu. Il est plutôt de réhabiliter la participation du citoyen africain à la vie de la cité en tenant compte de formes traditionnelles de gouvernance intimement liées à la mémoire africaine. Il s'agit ici d'entrevoir un système nouveau de gouvernance africaine démocratique qui tienne compte à la fois des aspects positifs d'une tradition basée sur l'écoute du citoyen-acteur politique, de la modération par le citoyen en charge de gouverner et dont la mission est conserver les principes et valeurs présents dans le moment fondateur de la république. C'est un appel qui s'inscrit dans le temps historique tout en étant éminemment tourné vers l'avenir.

Mots clés : Liberté, Démocratie, Autorité, Pouvoir, Giaminisante, Fondation, Constitution.

 

 

CRHI
Université Nice Sophia Antipolis
MSHS Sud-Est